Source d’information: The New York Times

Editrice: Ana

Traductrice: Dandan

Cet article nous permet de revenir sur la façon dont Apple a embrouillé Guo Media et de nous faire une idée des difficultés rencontrées par Guo Media pour survivre. Le Parti Communiste Chinois (PCC) est si mauvais que toutes les données sur Guo Media sont bloquées. Un jour, le monde sera stupéfait lorsque toutes ces données seront mises en lumière.

“La Chine communiste cache le processus”.

Début 2018, Guo Wengui (Miles Guo en anglais, il est le fondateur du Mouvement de Whistleblower ), un milliardaire chinois en exil, passait une grande partie de son temps à Manhattan pour tenter de diffuser ses accusations de corruption au sein du PCC. Son dernier effort a été une application iPhone en Chine qui a livré ces revendications.

Avant même que son application ne soit disponible sur les iPhones, le gouvernement chinois (le PCC) essayait de la bloquer. Peu de temps après que M. Guo eut déposé sa demande sur l’Apple Store, la Cyberspace Administration of China, l’organisme gouvernemental chargé de la réglementation de l’internet en Chine, a fait savoir à Apple qu’elle souhaitait que l’application soit rejetée. La façon dont les fonctionnaires ont été informés n’est pas claire.

Ces événements et la réaction en chaîne qu’ils ont déclenchée au sein d’Apple ont été exposés dans des documents judiciaires la semaine dernière dans le cadre d’un procès pour licenciement abusif intenté contre la société. Les documents et les entretiens mettent en lumière une bureaucratie au sein d’Apple conçue pour censurer et bloquer des applications, souvent de manière proactive, afin d’apaiser le gouvernement chinois.

Le 4 février 2018, peu après que les autorités chinoises ont demandé que l’application de M. Guo soit rejetée, un responsable d’Apple a envoyé un courriel à un collègue pour lui poser une question : M. Guo faisait-il partie de la ” liste de sensibilité du PCC ” d’Apple, avec des personnalités comme le Falun Gong – le mouvement spirituel chinois – et le Dalaï Lama ?

Le collègue a répondu que M. Guo devrait probablement figurer sur la liste, puisqu’il a propagé des histoires diffamatoires invérifiables sur des fonctionnaires chinois. Elle a suggéré que l’affaire soit portée devant le “comité exécutif de révision” d’Apple, un groupe de cadres qui décide des questions les plus sensibles de l’Apple Store, y compris les principaux adjoints de M. Cook.

Deux semaines plus tard, le conseil a déclaré que M. Guo faisait partie de la liste noire chinoise d’Apple. Selon les documents, les employés d’Apple ont ajouté son nom à la “Page Wiki de suppression de l’Apple Store chinois”, ainsi qu’à un logiciel qui marquait automatiquement toutes les applications qui le mentionnaient.

Six mois plus tard, M. Guo a soumis à nouveau son application, avec des modifications visant à contourner le logiciel d’Apple. Trieu Pham, un réviseur d’applications à Cupertino, a été affecté à l’application. Il n’a rien trouvé qui violait les règles d’Apple. Il l’a approuvé le 2 août.

Trois semaines plus tard, Trystan Kosmynka, responsable de l’examen des applications chez Apple, a envoyé un courriel à plusieurs responsables à 2 h 32 du matin. L’objet était “Hot : Guo.” Le gouvernement chinois avait repéré la nouvelle application de M. Guo, et M. Kosmynka voulait savoir comment elle avait été publiée.

“Cette application et toutes les applications de M. Guo Wengui ne peuvent pas figurer sur la boutique chinoise”, a-t-il écrit, selon les courriels déposés dans le cadre de l’affaire judiciaire. “Nous pouvons mettre en place les pièces nécessaires pour empêcher cela le plus tôt possible”.

Apple a retiré l’application et a commencé à enquêter. Le rapport qui en a résulté indique que l’application a été publiée parce que “le processus de dissimulation de la Chine n’a pas été suivi”, selon les documents judiciaires. Elle a déclaré que M. Pham, le réviseur de l’application, aurait dû envoyer l’application aux spécialistes de la langue chinoise d’Apple, qui ont été formés sur les sujets à bloquer dans l’Apple Store chinois, y compris M. Guo.

Lorsque les responsables d’Apple ont interrogé M. Pham, celui-ci leur a répondu que l’application ne violait aucune politique. Les responsables ont répondu que l’application critiquait le gouvernement chinois, a déclaré M. Pham dans des documents judiciaires, et que cela suffisait pour la rejeter.

Six mois plus tard, Apple a licencié M. Pham. En réponse, il a poursuivi la société, l’accusant de l’avoir évincé pour apaiser le gouvernement chinois.

Apple a déclaré avoir retiré l’application de M. Guo en Chine parce qu’elle avait déterminé qu’elle était illégale dans ce pays. Apple a déclaré avoir licencié M. Pham en raison de ses mauvaises performances.

(Clause de non-responsabilité : Les commentaires ne représentent que l’opinion de l’auteur)

Pour la suite d’article: Apple se compromet avec le Parti Communiste Chinois et censure Guo Media (II)

Source d’information: Censorship, Surveillance and Profits: A Hard Bargain for Apple in China