Source d’information: Natalie Winters de The National Pulse

Traductrice: Dandan

Le rédacteur en chef du journal – Virologica Sinica – est Shi Zhengli, directrice du Centre des Maladies Infectieuses Emergentes de l’Institut de Virologie de Wuhan. Huit autres chercheurs du laboratoire de Wuhan – dont beaucoup pensent qu’il est à l’origine du COVID-19 – font partie du comité de rédaction.

Un autre membre du comité de rédaction de la revue a toutefois des liens avec l’Institut National des Allergies et des Maladies Infectieuses (NIAID) du Dr Fauci.

Jens Kuhn, directeur de la virologie à l’Integrated Research Facility, qui “fait partie de la Division of Clinical Research (DCR) du NIAID au sein du NIH”, selon l’agence, est cité comme membre du comité de rédaction du journal.

Sa biographie professionnelle indique qu’il est “spécialisé dans les agents pathogènes viraux humains et animaux hautement virulents” et qu’il est l’un des “deux scientifiques principaux” de l’entreprise financée par le NIAID :

“Je suis directeur de Tunnell Government Services (TGS), l’un des deux scientifiques principaux et le directeur de la virologie de l’installation de niveau de biosécurité 4 du NIH/NIAID/DCR, l’Integrated Research Facility de Fort Detrick (IRF-Frederick) dans le Maryland, aux États-Unis. Je suis spécialisé dans les agents pathogènes viraux hautement virulents pour l’homme et l’animal, la biodéfense, le bioengagement dans la région BMENA et les pays NEI, et le contrôle des armes biologiques.”

l’image de The National Pulse

Au-delà de l’établissement de liens supplémentaires entre le NIAID de Fauci et l’Institut de Virologie de Wuhan – y compris de multiples conférences impliquant des scientifiques des deux entités – le journal a également abordé la recherche sur le gain de fonction. Ces liens mis au jour font suite à l’affirmation de Fauci selon laquelle son agence n’a jamais participé à la recherche sur le gain de fonction dans le laboratoire chinois lors d’un échange avec le sénateur Rand Paul.

Un article de 2017 de Virologica Sinica note :

“Pour identifier les facteurs d’entrée du DENV, le groupe d’Amara a réalisé un crible d’ADN complémentaire (ADNc) à gain de fonction pour les protéines de l’hôte qui permettent à la lignée cellulaire 293T minimalement sensible d’être infectable par le DENV (Carnec et al., 2015).”

“Des essais simultanés de gain de fonction et de perte de fonction ont été réalisés en transfectant les cellules avec ou sans inhibiteurs de miRNA apparentés. Après 24 heures, Act-D a été ajouté dans le milieu de culture”, note une étude.

Une autre étude fait référence à la pratique, commentant “deux approches principales peuvent être entreprises dans de tels cribles : le gain-de-fonction, dans lequel une bibliothèque de protéines surexprimées est utilisée afin d’induire ou d’amplifier la restriction.”

(Clause de non-responsabilité : Les commentaires ne représentent que l’opinion de l’auteur)

Source d’information: EXC: Fauci Underling Serves On Board For Wuhan Lab Journal.