newsoutlet.ru

TikTok, l’application vidéo très populaire,et sa société mère du communiste chinoise ByteDance pourrait faire face à une réclamation en dommages-intérêts d’une valeur de plusieurs milliards de livres (dollars) devant la Haute Cour de Londres pour des allégations selon lesquelles ils auraient illégalement récolté les données privées de millions d’enfants européens.

Anne Longfield, ancienne commissaire à l’enfance pour l’Angleterre et soi-disant «amie du contentieux», ou visage public, d’une jeune fille de 12 ans angoissante à la tête du recours collectif,elle a déclaré mercredi que les enfants touchés pourraient recevoir des milliers de livres chacun si la réclamation aboutissait.

Longfield a allégué que chaque enfant qui utilisait TikTok depuis le 25 mai 2018 pouvait avoir des informations personnelles privées collectées illégalement par ByteDance via TikTok au profit de tiers inconnus.

“Les parents et les enfants ont le droit de savoir que des informations privées, y compris les numéros de téléphone, l’emplacement physique et les vidéos de leurs enfants sont illégalement collectées”, a-t-elle déclaré, alors qu’un site Web détaillant l’affaire est mis en ligne.

Un représentant de TikTok a déclaré que la confidentialité et la sécurité étaient les principales priorités de l’entreprise et qu’elle avait mis en place des politiques, des processus et des technologies robustes pour aider à protéger tous les utilisateurs, en particulier les adolescents.

“Nous pensons que les revendications manquent de fondement et avons l’intention de défendre vigoureusement l’action”, a déclaré le représentant.

TikTok est l’une des applications les plus populaires au monde – en particulier parmi les jeunes – et compte environ 100 millions d’utilisateurs rien qu’en Europe.La pandémie COVID-19, qui a enfermé de nombreux enfants à la maison, a contribué à consolider son succès.

Mais les demandeurs, conseillés par le cabinet d’avocats Scott & Scott, allèguent que TikTok a enfreint les lois britanniques et européennes sur la protection des données en traitant les données des jeunes sans mesures de sécurité adéquates, sans transparence, avec le consentement des tuteurs ou sans intérêt légitime.

La réclamation exige que la société supprime toutes les informations personnelles des enfants – et déclare que les dommages-intérêts pourraient atteindre “des milliards de livres” en cas de succès.

De telles actions collectives de type «opt-out» sur la confidentialité des données aux États-Unis, qui lient automatiquement un groupe défini à un procès à moins que des individus ne se désengagent, sont rares en Grande-Bretagne.

L’affaire a été suspendue en attendant une décision de la Cour suprême du Royaume-Uni dans une affaire bellwether contre le géant de l’Internet Google (GOOGL.O) pour un prétendu traçage illégal d’utilisateurs d’iPhone en 2011 et 2012 via des cookies tiers.

Cette affaire sera entendue la semaine prochaine.

Traducteur:Himalaya Moscow Katyusha(RU)- Petit Nicolas(珍珠丸子)