La Chine et la Russie ont empêché l’ONU de condamner le coup d’État militaire du Myanmar

Translator : Charline#9304
Corriger : Jean Michel

Constatant un état de fraude électorale, l’armée birmane a pris le pouvoir lundi, arrêtant des politiciens et imposant l’état d’urgence

La Chine et la Russie ont empêché le Conseil de sécurité de l’ONU de condamner le coup d’État au Myanmar.

La Chine a des liens étroits avec le Myanmar, et ses médias ont qualifié le coup d’État de « remaniement ministériel ».

 Le coup d’État a suivi les élections de novembre 2020 qui selon l’armée étaient frauduleuses, l’armée a donc imposé un état d’urgence d’un an.

 La police birmane, qui opère sous l’autorité de l’armée, a accusé Suu Kyi d’avoir enfreint les lois sur les importations et d’utiliser des dispositifs de communication illégaux – des talkies-walkies , a rapporté la BBC.

 La police a également accusé Win Myint d’avoir enfreint les règles du COVID-19, selon la BBC.

 Le communiqué de l’ONU cherchait à “condamner le coup d’État militaire” et à appeler l’armée à “libérer immédiatement les personnes détenues illégalement”.

Cependant l’Associated Press a rapporté que le conseil n’a pas été en mesure de publier cette déclaration car les ambassadeurs de l’ONU de Chine et de Russie ont déclaré qu’ils auraient besoin des bénédictions respectives de Pékin et de Moscou avant d’accepter.

“La Chine et la Russie ont demandé plus de temps”, a déclaré un diplomate à l’Agence France-Presse.  En tant que membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU, la Chine et la Russie peuvent opposer leur veto ou retarder les activités de l’organisme.

Reuters La publication d’une déclaration commune est la première étape vers l’application des sanctions et Sherine Tadros, la directrice adjointe du plaidoyer à Amnesty International, a déclaré à l’AP que le conseil devait agir.

“Le Conseil de sécurité doit également imposer un embargo global sur les armes au Myanmar et, surtout, renvoyer la situation au Myanmar devant la Cour pénale internationale”, a déclaré Tadros, ajoutant que le conseil devrait geler les avoirs de Min Aung Hlaing.

Les nations peuvent appliquer elles-mêmes des sanctions au Myanmar, mais pour que l’ONU en émette une, il faut une résolution, ce qui semble peu probable étant donné les réticences de la Chine et de la Russie.

Mardi, le département d’État américain a officiellement qualifié la prise de contrôle de « coup d’État », ce qui signifie qu’il ne peut pas offrir d’aide au nouveau régime militaire.

Les États-Unis sont un membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU.

 Sur le terrain au Myanmar, les gens expriment leur indignation.

Des militants locaux ont lancé mardi sur Facebook le “Mouvement de désobéissance civile”, a rapporté l’AFP, ajoutant que mercredi matin, il avait rassemblé près de 150 000 abonnés.

Les médecins et les infirmières de 70 hôpitaux à travers le pays ont également cessé de travailler pour protester contre le coup d’État militaire.

De longue date le Myanmar est allié à la Chine qui a été réticente

La Chine a une longue histoire de défense du Myanmar et a été réticente à qualifier cette prise de contrôle de “coup d’État” mais plutôt d’un “ remaniement ministériel ”

La Chine est le plus grand partenaire commercial du Myanmar, possédant les principaux oléoducs et gazoducs du pays, et travaille actuellement à l’établissement du « corridor économique Chine-Myanmar »

“La Chine est un voisin amical du Myanmar”, a déclaré lundi le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Wang Wenbin, a rapporté Reuters.

“Nous espérons que toutes les factions

Politiques et militaires au Myanmar pourront gérer de manière appropriée leurs différends en vertu de la constitution et du cadre juridique et sauvegarder la stabilité politique et sociale.”

 Alors que de nombreux pays ont évité le Myanmar lorsqu’il s’agissait d’une dictature militaire entre 1962 et 2011, la Chine l’a soutenu et a également entretenu des liens sains avec Suu Kyi depuis qu’elle est devenue chef de file en 2015.

La Chine a défendu le Myanmar et Suu Kyi face à des allégations de génocide. Suu Kyi est accusée d’avoir chassé au moins 740 000 musulmans rohingyas du pays depuis août 2017, selon Human Rights Watch.

Fin janvier 2020, la Cour internationale de justice de l’ONU a statué que le Myanmar doit « prendre toutes les mesures » pour empêcher le génocide de la minorité ethnique.

Le même mois, la Chine a déclaré qu’elle “soutenait fermement les efforts du Myanmar pour sauvegarder ses droits et intérêts légitimes et sa dignité nationale sur la scène internationale”, a rapporté l’AFP.

La Russie et la Chine ont bloqué les actions de l’ONU concernant le Myanmar dans le passé, ayant opposé en 2007 son veto à un projet de résolution de l’ONU qui appelait le régime militaire du pays à l’époque à libérer les prisonniers politiques et à cesser de violer les droits de l’homme.

  

                  

0
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

秘密翻译组G-Translators

秘密翻译组需要各类人才期待战友们的参与: https://forms.gle/bGPoyFx3XQt2mkmY8 🌹 欢迎大家订阅 - GTV频道1: https://gtv.org/user/5ed199be2ba3ce32911df7ac; GTV频道2: https://gtv.org/user/5ff41674f579a75e0bc4f1cd Feb. 09