Vaccination américaine contre le virus du PCC: au moins 181 décès en deux semaines, dont une petite fille à naître

le Groupe Mont-Royal Montréal

作者: Traducteur: 月亮之上 

omskpress

Traduit de l’article: https://gnews.org/zh-hans/813546/

«Les humains sont libres» (25 janvier) a cité des données du Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS) qui ont révélé qu’au moins 181 Américains sont morts dans les deux semaines suivant leur vaccination contre le virus du PCC, la plus jeune étant une petite fille à naître.

VAERS est une base de données financée par le gouvernement américain qui suit les blessures et les décès dus aux vaccins. Les données sur les blessures ou les décès dus au virus du PCC actuellement traçables dans le système peuvent être trouvées de la fin décembre de l’année dernière au 13 janvier de cette année. En seulement deux semaines, un bébé à naître est décédé après avoir reçu le vaccin Pfizer contre le virus du PCC pendant la grossesse d’une femme enceinte.

La femme enceinte aurait dit: «J’étais enceinte de 28 semaines et 5 jours et deux jours après avoir reçu ma première dose du vaccin contre le virus du PCC (après-midi du 25 décembre 2020), j’ai remarqué une diminution des mouvements du bébé. Le bébé a été retrouvé sans un battement de cœur dans les premières heures du matin du 26 décembre 2020 et j’ai accouché d’une petite fille morte de 2 livres et 7 onces à 29 semaines de gestation. »

 Un rapport publié en 2011 par Harvard Pilgrim Health Care, Inc. pour le Département américain des services à la personne (HHS) a révélé que moins de 1% de tous les événements indésirables liés aux vaccins sont signalés aux agences gouvernementales. Alors que 25% des patients ambulatoires ont connu un événement indésirable médicamenteux, moins de 0,3% des événements indésirables médicamenteux et 1 à 13% des événements graves ont été signalés à la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis.

De même, moins de 1% des événements indésirables liés au vaccin sont signalés. Les faibles taux de notification entravent ou ralentissent l’identification des médicaments et vaccins problématiques qui mettent en danger la santé publique. De nouvelles méthodes de surveillance des réactions indésirables aux médicaments et aux vaccins sont donc nécessaires.

Commentaires:

Le PCC utilise la diplomatie des vaccins pour collaborer avec les gouvernements étrangers. Les gouvernements utilisent des vaccins pour stabiliser l’opinion publique. La vérité sur le virus a longtemps été révélée par le Dr Yan, et les gouvernements devraient unir leurs forces pour enquêter sur les données de laboratoire et d’autres données afin de sauver l’humanité. Cependant, la conspiration du PCC et des partisans du programme «Great Reset » a empêché la découverte de la vérité. Le faible taux de déclaration par le gouvernement des événements médicaux indésirables et des événements graves entrave la transparence du système de protection sociale. Des informations opaques peuvent induire les gens en erreur et porter de mauvais jugements.

Le PCC a utilisé de fausses données et de la propagande pour convaincre le monde que le PCC était vraiment meilleur pour combattre le virus du PCC. Lorsque les gouvernements ont promu des programmes de protection vaccinale, tout le monde a choisi de croire que le «bon vieux temps» arrivait et que la vie reviendrait à l’ère pré-2020. Beaucoup d’entre eux ont choisi de s’injecter le vaccin contre le virus du PCC sans réfléchir à deux fois.

Mais le récent bain de sang nous a une fois de plus averti qu’il s’agit d’une guerre biologique sans restriction. La menace des virus est partout. Le danger du vaccin est encore plus incalculable. Par conséquent, ce n’est qu’en éradiquant le PCC et en enquêtant de manière approfondie sur toutes les preuves que nous pouvons trouver la racine du problème et sauver la civilisation humaine.

+1
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments