[J.P. Column] Wuhan! Wuhan! Épisode 3 − Enterrer Les Faits

Auteur: Jared Marie Peacock

Épisode Précédent:

C’était fin décembre 2019. Les patients faisaient la queue devant les hôpitaux de Wuhan. Le gouvernement a choisi des formulations ambiguës pour endiguer la situation, mais le personnel médical de première ligne savait qu’il était aux prises avec une pneumonie particulière et dangereuse. La plupart des cliniques communautaires n’étaient pas équipées pour isoler les patients et refusaient donc de prendre en charge les cas suspects de « pneumonie virale » avec des symptômes de toux et de fièvre. La Commission municipale de la santé de Wuhan a ordonné aux hôpitaux de traiter eux-mêmes les patients et d’arrêter de transférer des patients entre les hôpitaux qui sont devenus plus encombrés. Il était courant pour un patient d’attendre des heures avant d’être examiné. BGI Genomics Co. Ltd. a trouvé trois cas de coronavirus de type SRAS à partir d’échantillons prélevés dans divers hôpitaux de Wuhan en décembre 2019, les 26, 29 et 30 décembre 2019 respectivement. Il a mélangé la séquence du génome des trois cas et a soumis au CDC national entre-temps les trois rapports de test à la Commission municipale de la santé de Wuhan. Dans la même journée, la société de séquençage génétique a reçu un appel de la Commission de la santé de la province du Hubei, et fut ordonnée de suspendre l’examen de tout nouvel échantillon de cas de pneumonie à coronavirus de Wuhan; en outre, tous les échantillons de cas existants doivent être détruits, ne peuvent pas être divulgués et aucun article ou donnée pertinente ne peut être rendu publique. [1]

À 3 heures du matin le même jour, le Président de l’hôpital Jinyintan Zhang Dingyu et le Secrétaire du Parti Wang Xianguang se sont précipités de retour de la réunion annuelle, ont dormi sur des chaises ou un canapé dans leur bureau et à 6 heures du matin ont appelé le personnel de tous les services ainsi que les directeurs de département et les infirmières en chef pour leur faire un rapport, transmettre leurs indications, et les informer de l’annulation des vacances du Nouvel An. [2]  Au petit matin, l’hôpital central de Wuhan a reçu un patient qui était propriétaire d’une clinique près du marché aux fruits de mer de Huanan. Il a dit qu’ils avaient récemment reçu de nombreux cas de fièvre et qu’il avait lui-même commencé à développer des symptômes. Le directeur du service des urgences, le Dr Ai Fen, a de nouveau « sonné l’alarme » auprès du service de santé publique et de l’administration médicale de l’hôpital, signalant que les cliniques communautaires avaient reçues de nombreux cas et exprimant sa préoccupation que « si les médecins et les infirmières des services d’urgence sont infectés, la situation sera très grave » . [3]  Parallèlement, le bureau de la sécurité publique de Wuhan commence tout juste à annoncer dans le blog « Safe Wuhan » qu’il a enquêté et puni huit « dénonciateurs » ; citoyens de Wuhan, à savoir le Dr Li Wenliang du département d’ophtalmologie de l’hôpital central de Wuhan, le Dr Xie Linka du département d’oconlogie de l’hôpital de l’Union de Wuhan, le Dr Liu Wen du département de neurologie de l’hôpital de la Croix-Rouge de Wuhan et d’autres, pour avoir répandu des rumeurs et que le marché aux fruits de mer de Huanan serait dorénavant fermé. La ville de Wuhan était en préparation de « deux conférences » municipales et provinciales du PCC, qui se tiendraient du 6 au 19 janvier 2020. Toute mention de l’épidémie est naturellement considérée comme discordante et doit être réduite au silence.

La Doctoresse Ai Fen a été convoquée pour un entretien avec le service d’inspection de l’hôpital et a été accusée d’être « une professionnelle qui avait compromis ses principes pour créer et diffuser des rumeurs ». Elle a signalé qu’il y avait une transmission d’humain à humain mais n’a reçu aucune réponse officielle. Les hôpitaux ont stipulé que le personnel médical ne pouvait pas discuter ouvertement des cas, ni utiliser des SMS ou des photos qui pourraient être des éléments de preuve. Ils n’étaient autorisés à communiquer verbalement concernant les cas que lorsqu’ils changeaient de poste. Et ils ne devaient pas transmettre d’informations aux patients. Le Dr Liu Wen du département de neurologie de l’hôpital de la Croix-Rouge de Wuhan a également été interrogé par la police et a reçu l’ordre de signer le procès-verbal de la réprimande à son encontre. [3]  Le Dr Li Wenliang a de nouveau été interrogé par le poste de police local et a reçu l’ordre de contresigner un « Lettre de réprimande » pour avoir diffusé de fausses informations sur Internet. [4]  Le Dr Xie Linka du service d’oncologie de l’hôpital de l’Union de Wuhan a été interrogé par téléphone par la police pour avoir diffusé des informations sur une « Pneumonie d’étiologie inconnue ». [5]  Chaque grand hôpital a commencé à appliquer des « Directives » et « Critères de sélection », avertissant le personnel médical de garder les informations strictement confidentielles. Les cas confirmés doivent répondre à trois critères stricts – avoir été en contact avec le Huanan Seafood Market – Un symptôme de fièvre – Une infection virale testée positive. [6]  Les médecins craignaient largement que ce processus de filtrage laisse de côté les cas de fièvre dans les cliniques communautaires et les cas sans contact du marché aux fruits de mer Huanan, mais leurs voix ont été étouffées sous la pression politique. Plusieurs hôpitaux avaient été avertis par leurs supérieurs administratifs de « ne pas exercer de mauvaise influence ». Lors du transport des patients, le personnel médical n’a pris aucune mesure de protection à part le port de masques faciaux. Le 8 janvier 2020, le Dr Li Wenliang est entré en contact avec une patiente âgée, souffrant d’un glaucome et a été infecté. Comme l’a rappelé le Dr Ai Fen, il « n’a pas pris de précautions adaptées. Le patient est venu sans fièvre, il fut donc imprudent ! ». [3]  Le Dr Xiong Nian de l’hôpital de la Croix-Rouge de Wuhan a rappelé qu’à la mi-janvier 2020, tout le personnel du service d’oncologie était infecté, y compris 12 médecins et 14 infirmières. [7]  

Selon un article du 29 janvier 2020 dans le New England Journal of Medicine, basé sur l’analyse des cas de « pneumonie d’étiologie inconnue » de Wuhan entre le 10 décembre 2019 et le 4 janvier 2020, la transmission interhumaine pourrait remonter à la mi-décembre 2019 ; en ses premiers stades « l’épidémie a doublé de taille tous les 7,4 jours », et un cas d’enfant « asymptomatique » a été enregistré. [8]  Cependant, les citoyens de Wuhan n’avaient aucune information officielle sur l’épidémie, sachant aussi que les professionnels de la santé se battaient 24 heures sur 24 sous le risque d’être réprimandé et infecté. Ils se concentraient sur la prochaine fête du printemps du Nouvel An lunaire chinois et attendaient avec impatience les bonnes fortunes de l’année 2020 du rat. Près de trois millions de citoyens sur 11 millions de Wuhan sont des migrants résidents qui rentrent chaque année chez eux pour le nouvel an chinois. Wuhan est une plateforme de connexion des transports au centre de la Chine, située à une distance moyenne de 1 000 kilomètres de Pékin, Shanghai, Guangzhou, Chengdu et Xi’an. Avec trois gares, la ville concentre un réseau hyperdense de voies ferrées. Wuhan offre aussi la possibilité de croisières en ferry sur le fleuve Yangtze. Les vols aériens domestiques comme internationaux sont nombreux et fréquents. L’aéroport de Wuhan Tianhe est le premier aéroport de transit pour une entrée sans visa de 144 heures dans le centre de la Chine, avec des vols directs reliant plus de 40 villes dans le monde. La ruée des voyages de cette Fête du Printemps devait durer 40 jours du 10 janvier au 18 février 2020, avec environ 15 millions de voyageurs selon une réunion gouvernementale ayant eu lieu fin 2019. [9]  Les responsables du PCC aimaient fièrement revendiquer la ruée des voyages du nouvel an chinois comme « la plus grande migration cyclique du monde » prouvant à leurs yeux l’efficacité et l’autorité d’une nation puissante. Malgré les « dénonciations » du front médical de Wuhan, la ruée des voyages de cette Fête du Printemps a débuté le 10 janvier 2020 dans les délais prévus.

Deux jours plus tard, l’hôpital Ditan de Pékin a identifié le premier cas confirmé à Pékin. [10] La Thaïlande a également signalé un cas confirmé. Le patient est arrivé en Thaïlande sur un vol en provenance de Wuhan mais n’avait eu aucun contact avec le marché aux fruits de mer. [11]  Le chef du bureau de la Commission municipale de la santé de Wuhan, Wu Fengbo, a adressé de nouvelles instructions à l’hôpital central de Wuhan selon lesquelles les cas de « pneumonie d’étiologie inconnue » devaient être signalés avec une « prudence accrue ». . En vertu de son décret, tout cas de pneumonie virale devrait d’abord passer chaque test dans l’hôpital même, puis analysé et confirmé par des spécialistes du personnel hospitalier, avant d’être signalé à la commission de santé du district. Ensuite, le service de prévention des maladies du district devait prélever des échantillons. Et ce n’est qu’après que les vérifications au niveau du district, de la municipalité et de la province aient toutes abouties à la confirmation d’une « pneumonie d’étiologie inconnue » , ainsi qu’à « l’obtention de l’autorisation de la commission de la santé au niveau de la province » que le cas pouvait alors être signalé à une autorité supérieure. Cette procédure de signalement de « précaution supplémentaire » visait pratiquement à décourager les hôpitaux de « tenter de signaler » les cas. [12]

Pendant 12 jours autour de la période des « deux conférences », la Commission de la santé de Wuhan n’a déclaré « aucun nouveau cas confirmé » . Lorsque des détecteurs de température infrarouges ont été installés dans les trois gares, les voyageurs n’y ont pas prêté attention parce qu’ils pensaient qu’ils étaient installés en prévention de la grippe.

À la fin des « deux conférences » le 15 janvier 2020, le CDC national a immédiatement activé le protocole de réponse national de premier niveau. Le Japon a découvert son premier cas le même jour. Les nouvelles sur l’épidémie ont été instantanément atténuées par d’autres actualités misent sciemment en avant . CCTV a longuement rendu compte de la signature d’un accord commercial entre la Chine et les États-Unis à Washington D.C. Le porte-parole du Parti, Qiushi Magazine, a publié « Pourquoi l’économie chinoise est unique et prometteuse ». Les médias soutenus par le gouvernement sont intervenus pour décrire l’avenir prospère de la Chine, certains exagérant sérieusement comme ici ; « le Vice-premier ministre du PCC Liu He est heureusement indemne » lorsque le Président Trump a agité son poing en l’air après avoir signé l’accord. [13]  

La propagation de l’épidémie n’a finalement pas pu être arrêtée par des manœuvres politiques. Un grand nombre de cas suspects antérieurs n’ont pas été signalés parce qu’ils ne répondaient pas aux critères de la Commission de la santé concernant le contact avec le marché aux fruits de mer Huanan ou le symptôme de fièvre. Après la clôture des « deux conférences », la procédure de notification des cas suspects a été assouplie pour inclure les personnes n’ayant aucun contact avec le marché aux fruits de mer Huanan. Le nombre de cas signalés par les hôpitaux aux bureaux de prévention des maladies a fortement augmenté et le sujet de l’épidémie parvient enfin officiellement aux oreilles des citoyens ordinaires. Mais le gouvernement a insisté sur le fait qu’elle était « évitable », « maîtrisable » et qu’il y avait une possibilité plutôt limitée de transmission interhumaine. [12]  Le comité de quartier de Wuhan Baibuting était en préparation pour organiser « un banquet de 10 000 familles visant à réaliser le rêve d’une société prospère ». Certains « lanceurs d’alerte » du personnel ont suggéré d’annuler l’événement mais ont été désapprouvés par les dirigeants. [14]  Le 8 janvier 2020, le banquet de 10 000 familles dans le quartier Baibuting Garden du district de Jiangan à Wuhan a été lancé comme prévu, 14 000 plats étaient exposés dans le hall principal et diverses belles pièces attenantes, avec plus de 40 000 familles participant à la pré-célébration du Nouvel An lunaire chinois. [15]  

Lorsque l’équipe nationale du CDC est arrivée à Wuhan par la suite, Zhong Nanshan membre de l’Académie chinoise d’ingénierie en a pris la tête. C’est un médecin que le gouvernement avait qualifié de héros lors du combat contre le SRAS. Après avoir brièvement interagi avec des médecins cliniciens, il a participé à diverses réunions à huis clos, puis est retourné à Pékin pendant la nuit. Zhong Nanshan était entré en politique depuis assez longtemps pour connaître le poids de sa déclaration d’expert sur la « transmission interhumaine » et sur l’application du « protocole de gestion des maladies infectieuses au plus haut niveau ». Il comprenait la gravité de la situation, mais il lui fallait du temps pour calculer ses mouvements. Ceux qui entrent en politique avec le PCC oublient facilement les réalités de cet univers, oublient leur l’humanité, oublient les lois naturelles et les leçons de l’histoire – chaque minute de retard comme chaque tromperie dans le contrôle de l’épidémie conduira vers un désastre plus grand dont les conséquences devront être assumées et payées un jour . Alors que le gouvernement du PCC laisse passer un temps précieux, des dénonciateurs comme le Dr Li-Meng YAN et d’autres combattants transmettent des informations et des renseignements au Mouvement des Lanceurs d’Alerte. Le 19 janvier 2020, Lude Media aux États-Unis a été le premier au monde à annoncer en direct que l’épidémie de Wuhan avait trois caractéristiques: – Transmission interhumaine – Forte mutation, et se transformerait bientôt en – Pandémie mondiale ! [16]


1. 新冠病毒基因测序溯源:警报是何时拉响的, 财经网, Feb 26, 2020

2. 【口述实录】张定宇:我在风暴之眼|武汉武汉, 中国之声, Mar 03, 2020

3. 亲历者讲述:武汉市中心医院医护人员被感染始末, 中国新闻周刊, Feb 17, 2020

4. 受训诫的武汉医生, 北青深一度, Feb 17, 2020

5. 新冠肺炎又一“吹哨人”现身 曾被警方口头教育, 财经网, Feb 1, 2020

6. 白皮手册与绿皮手册:新冠肺炎诊断标准之变, 中国青年报, Feb 20, 2020

7. 80后院长的战“疫”百日记忆:武汉红会医院如何浴火重生, 中国青年报, Apr 10, 2020

8. Early Transmission Dynamics in Wuhan, China, of Novel Coronavirus–Infected Pneumonia, The New England Journal of Medicine, Jan 29, 2020

9. 2020年武汉春运预计发送旅客1500万人次, 武汉广播电视台, Dec 27, 2019

10. 习近平总书记在北京调研指导新冠肺炎疫情防控工作时的重要讲话引发热烈反响, 人民网, Feb 2, 2020

11. 武汉肺炎:曼谷出现中国境外首例患者,世卫称“人传人”尚无证据, BBC中文网, Jan 15, 2020

12. 武汉早期疫情上报为何一度中断, 中国青年报, Mar 05, 2020

13. 见证中美关系历史的一天, 澎湃新闻, Jan 17, 2020

14. 武汉百步亭社工:曾和居委会领导反映取消万家宴,但没成功, 澎湃新闻, Feb 12, 2020

15. 武汉肺炎:“万家宴”后的社区疫情危机折射政府管治缺失, BBC中文网, Feb 7, 2020

16. 路安艾时评:重磅!为什么财新胡舒立要一再否认武汉SARS病毒和舟山蝙蝠病毒的关联性?为什么该病毒已经进化具备人传人大爆发强变异?为什么中共要不断隐瞒确诊案例?, Lude Media, Jan 19, 2020

+1
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments