Plus de la moitié des Américains ont perdu confiance dans les médias

le Groupe Mont-Royal Montréal

Traducteur: 月亮之上 

jrnlst

Traduit de l’article: https://gnews.org/zh-hans/794888/

Selon un rapport publié par «Pulse of the Country» le 22 janvier, la confiance de la société américaine dans les médias est tombée à son plus bas niveau. De nombreux professionnels du journalisme sont déterminés à faire des efforts pour améliorer cette situation dangereuse.

Ce niveau de confiance extrêmement bas envers les médias est très dangereux. La raison en est que la confiance dans les institutions importantes de la société, en particulier dans le gouvernement et les médias, est le ciment de la société. Cependant, cette relation de confiance a commencé à se dissoudre il y a dix ans. Aujourd’hui, pour des centaines de millions d’Américains, cette confiance dans les institutions publiques de la société (en particulier les médias traditionnels) n’existe plus.

Pour la première fois, moins de la moitié des Américains font confiance aux médias traditionnels, selon les données d’une enquête de confiance annuelle partagée exclusivement par le cabinet d’études Edelman et le site d’actualités Axios. La confiance dans les médias sociaux, en revanche, est à son plus bas niveau historique de 27%.

Cinquante-six pour cent des Américains pensent que les journalistes dissimulent délibérément des faits, rapportent de fausses informations ou exagèrent grossièrement pour induire délibérément le public en erreur.

58% des Américains pensent que la plupart des agences de presse soutiennent délibérément une idéologie ou une position politique particulière dans leurs reportages, plutôt que de rapporter les faits à titre indicatif.

L’enquête d’Edelman sur la société américaine, menée à nouveau après l’élection présidentielle de 2020, a révélé que ces chiffres se détérioraient davantage. Cinquante-sept pour cent des démocrates font confiance aux médias; parmi les républicains, le chiffre est pitoyable de 18 pour cent.

Commentaires:

Dans une société démocratique, la presse est appelée le «quatrième pouvoir» après les pouvoirs législatif, judiciaire et exécutif. Il a pour rôle de transmettre la vérité à la société et d’unir le public sur cette base. C’est le catalyseur qui permet la mise en œuvre efficace de la législation, de la justice et de l’administration et constitue une force importante pour le progrès de la civilisation sociale.

Mais avec le contrôle du capital sur les médias, en particulier les médias sociaux les plus pénétrants, et la collusion de ces forces du capital avec les politiciens, les médias s’éloignent de plus en plus de leur objectif initial de fournir la vérité à la société. Ces médias n’hésitent pas à rapporter toutes sortes de désinformation en leur faveur afin de soutenir une position idéologique et politique particulière.

Surtout au cours des quatre années précédentes et de l’élection présidentielle de 2020, la grande majorité des médias traditionnels traditionnels et les principaux médias sociaux qui détiennent le pouvoir de parole ont, avec la protection de l’article 230, répandu la désinformation ou ignoré la bonne nouvelle de l’opposant politique. Finalement, la contestation des résultats des élections par le public n’a pas fait l’objet d’une enquête sérieuse. Je pense que c’est pourquoi la confiance de la plupart des Américains dans les médias est tombée à son plus bas niveau, comme décrit dans cet article.

Il est bon de voir que de plus en plus de gens se sont réveillés au fait que ces fausses nouvelles (médias) sont l’ennemi du peuple.

Lien de référence:

0
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments