[J.P. Column] Wuhan! Wuhan! Épisode 1 − Avant la tempête

Auteur: Jared Marie Peacock

Autant en emporte la chaleur étouffante de l’été 2019, la ville de Wuhan savoure l’air frais de septembre.

Parlant les dialectes de toute la Chine, une fois que les gens arrivent à Wuhan la ville centrale de la Chine connue sous le nom de « Chicago de l’Est », leur puissance vocale augmente automatiquement de quelques décibels. Comparé aux métropoles le long de la côte est, Wuhan est la plus riche en coutumes folkloriques et connue pour ses habitants au vif caractère. Cependant, la grande majorité des habitants de Wuhan ont le cœur placide, une pensée plutôt traditionnelle, s’avérent intelligents, industrieux et trop occupés pour regarder au-delà des défis de la vie quotidienne, leur vie s’écoulant tranquillement au long du fleuve Yangtze, à la moitié de son parcours .

Le cœur vert de l’humanité est alors à l’agonie. La forêt amazonienne formée il y a 55 millions d’années est en feu ! faisant rage, brûlant, les flammes rasent la forêt tropicale la transformant jusqu’à l’état de savane. La végétation luxuriante comme toutes les créatures sauvages, volant, rampant, courant, fuient désespérément une mer de flammes. Leurs restes témoignent de leurs derniers instants de lutte pour survivre. L’espace écologique servant l’humanité se réduit là encore, comme la biodiversité ici à nouveau ravagée.

De l’autre côté de la terre, le détroit d’Ormuz voit se dérouler un autre combat entre humains pour plus de pouvoir géopolitique. Il est la gorge de l’économie mondiale où passe un cinquième du pétrole brut mondial. Après l’attaque d’un navire commercial, l’atmosphère dans toute la région du Golfe, sur mer comme dans les airs, s’est immédiatement intensifiée. Des drones sont abattus et deux grandes installations pétrolières saoudiennes sont touchées le 14 septembre, réduisant de près de moitié la production pétrolière quotidienne du pays. Une récession économique mondiale comme une guerre semblent imminentes.

Les gens se promenant dans les parcs de Wuhan sont préoccupés par le fait que la chaleur estivale ait contraint les Osmanthus à retarder leur floraison cette année et Wuhan manque terriblement de ce parfum de miel. Ils se demandent si les prix de la volaille baissent enfin après la fin de la peste porcine. Les grands événements survenus dans des contrées lointaines, tels que l’incendie de la forêt amazonienne et la dispute autour détroit d’Hormuz, ont cependant parfois pénétré les conversations paisibles de gens de Wuhan.

La couverture médiatique à l’intérieur du pays protégé par le Grand Pare-feu numérique de Chine permet toujours cette sorte d’anesthésie psychologique soigneusement dosée, glorifiant le gouvernement du Parti, nourrissant le nationalisme et de fait procédant à un lavage le cerveau auprès de chaque chinois pour qu’il se sent finalement débiteur du Parti, redevable envers sa puissante direction.

Le gouvernement de Pékin a vigoureusement promu dans les médias nationaux que la Chine, en tant que puissance internationale responsable, était en excellente position pour assurer la médiation entre les États-Unis et l’Iran et appeler les deux nations à « la raison ». Les citoyens qui suivaient habituellement les paroles du Parti n’avaient aucun doute sur l’authenticité de cette affirmation et se sentaient même satisfaits, se sentant protégés.

Malgré tout cela, la vie apparemment paisible de Wuhan a commencé à changer en profondeur. Peu importe le nombre de slogans du genre « Une nation forte, des gens enrichissants » que le Parti affiche, des vagues de dissensions éclatent alors.

La protestation contre le projet de loi modifiant la loi anti-extradition de Hong Kong qui a éclaté en juin 2019 persiste. Même après que la Directrice générale de Hong Kong, Carrie Lam, ait retiré le projet de loi, les Hongkongais descendent toujours dans la rue, scandant à l’unisson « Cinq demandes, pas une de moins ». Les familles chinoises et les cercles d’amis du monde entier sont soit déchirés, soit plus unis, choisissant leurs diverses positions concernant la protestation à Hong Kong. Les citoyens de Wuhan ne faisant pas exception.

Les manifestations répétées d’un million de personnes à Hong Kong sont trop impressionnantes pour être ignorées.

Ceux qui ont fait confiance aux récits du Parti le soutiennent et pensent, que les manifestations de Hong Kong marquent la succession, sont au fond instiguées par les médias sociaux, et ils profèrent insulte après insulte envers les manifestants de Hong Kong. Les dissidents ont expliqué à leurs parents et amis que les revendications démocratiques des Hongkongais soulignent justement que le gouvernement du Parti avait rompu sa promesse internationale de sauvegarder la politique « Un pays, deux systèmes » de Hong Kong. La plupart d’entre eux ont été ridiculisés puis rejetés par leurs parents et amis, et se sont trouvés contraints de se tourner vers l’aide clandestine de Hong Kong, contournant le grand pare-feu avec l’aide de divers VPN pour suivre les informations en temps réel du Mouvement des Lanceurs d’Alerte, et certains ont pris le risque de rejoindre les manifestants en première ligne à Hong Kong, aidant notamment à la logistique, transportant des fournitures essentielles où il faut.

Lorsque des proches mettent temporairement de côté le débat sur Hong Kong, ils se réunissent au bord du fleuve, et leurs conversations se terminent sur le thème de leur bien-être futur.

La guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine fait rage, les deux parties ont augmenté leurs tarifs pour tenter de surpasser l’autre, comme dans une partie de ping-pong effrénée. Économiquement puissante la région intégrée de Wuhan a vu les moyennes et grandes entreprises devoir faire face à l’absence de commandes et les petites entreprises doivent se battre de plus belle encore pour survivre. Les millions de lumières qui remplissaient chaque jour la ligne d’horizon brilleront-elles encore et toujours ?

Le secrétaire général Xi Jinping a de nouveau souligné « l’autonomie » en 2018. [1] Selon une source non précisée, le secrétaire Wang Qishan a averti les Américains: vous paierez toujours cher pour avoir voulu défier la Chine; le savez-vous le peuple chinois peut survivre en mangeant de l’herbe pendant trois ans ? [2] De tels témoignages se répandent sauvagement parmi le peuple, donnant l’impression que le Parti est prêt à se séparer de tout commerce avec l’Amérique. Le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi a averti les États-Unis de ne pas intensifier unilatéralement la situation en Iran et qu’il se trouve alors forcé ainsi de procéder à l’ouverture de cette mystérieuse « boîte de Pandore » [3] qu’il montre alors détenir.

Ses paroles retentissent dans le monde entier car elles impliquent que le Parti détient la clé de cette si secrète « Boîte de Pandore ».

Sur le plan interne, le Parti assure que le monde a besoin de la Chine et que perdre la Chine pour quiconque signifie rater les opportunités du siècle offertes par le pays. Il se vante que même en rompant tout partenariat commercial avec les États-Unis, les autres pays occidentaux rentreraient alors en concurrence pour obtenir les faveurs de la Chine: Trump s’en va, Macron arrive, rapportant fièrement que le secrétaire général Xi Jinping alors en France a grandement apprécié et fait l’éloge en connaisseur des trois vins français qu’il lui a présentés ! Les États-Unis regretteraient d’avoir perdu la Chine ! Sans parler de la mise en accusation du Président Trump !

Wuhan est cependant d’humeur festive. Le traditionnel festival de la lune approche et la 70e fête nationale de la Chine communiste doit la suivre juste après. Les rues de la ville ont été nettoyées et embellies, les vendeurs basent leurs promotions sur le thème du « Rêve chinois ».

Les citoyens de Wuhan ont à peine remarqué que le 18 septembre, une répétition des 7e Jeux mondiaux militaires a eu lieu au terminal de l’aéroport de Tianhe. La répétition comprenait une simulation de l’ensemble du processus de traitement d’un cas d’infection par un « nouveau coronavirus » identifié à une frontière portuaire. Des investigations épidémiologiques et médicales ont été simulées, ainsi que la mise en place d’une zone de quarantaine, le transfert des cas infectés comme le traitement sanitaire appliqués. [4] Selon NBC News, une analyse des données de localisation des téléphones portables a montré qu’il n’y avait pas eu d’activité de téléphonie mobile dans la zone de haute sécurité de l’Institut de virologie de Wuhan du 7 au 24 octobre 2019. [5] Alors que les 7e Jeux mondiaux militaires à Wuhan se tenaient du 18 au 27 octobre 2019, rétrospectivement, les gens se demandent quel était le lien entre la répétition à l’aéroport et l’Institut de virologie de Wuhan, et ce qui avait été prévu autour des Jeux mondiaux militaires.

Il y a eu un autre événement mystérieux en octobre 2019: l’action peu connue de CanSinoBio a commencé à monter en flèche au milieu de la pire période de volatilité du marché mondial. Coté à la Bourse de Hong Kong sept mois auparavant, le cours de son action avait oscillé entre 30 et 40 HKD avant de monter en flèche. La tendance à la hausse s’est poursuivie pendant un an, le plus haut sur 52 semaines dépassant 285 HKD. Selon les rapports officiels, un premier lot de 108 « volontaires » chinois a reçu des injections de vaccins expérimentaux le 27 mars 2020. Deux sponsors ont été mentionnés. L’un étant l’Institut de bio-ingénierie de l’Académie des sciences médicales qui appartient à l’Académie chinoise des sciences militaires, l’autre étant CanSinoBio. Il est déconcertant que la hausse du cours de l’action CanSinoBio ait coïncidée avec la période où il n’y avait pas d’enregistrement d’activité de téléphone portable dans la région de l’Institut de virologie de Wuhan.

Et ce n’est qu’à la fin de décembre 2019 que le gouvernement chinois a admis à contrecœur une véritable épidémie, mais a souligné qu’elle était « évitable », « contrôlable » et « guérissable ». Selon un document du Parti divulgué par The South China Morning Post le 13 mars 2020, un patient de 55 ans de la province du Hubei diagnostiqué le 17 novembre 2019 fut le premier cas confirmé traçable. Il n’exclut pas qu’un premier cas ait été détecté plus tôt. Le rapport faisant référence au document officiel non public pour retracer la propagation initiale de l’infection. Depuis le 17 novembre 2019, de nouveaux cas ont été enregistrés presque chaque jour. Au 15 décembre, 27 personnes sont tombées malades. Le 17 décembre, une augmentation à deux chiffres a été enregistrée pour la première fois. Les cas confirmés ont atteint 60 au 20 décembre, sont passés à 266 le dernier jour de 2019 et à 381 le premier jour de 2020. [6] Selon une étude publiée dans The Lancet le 15 février 2020, le premier patient confirmé a présenté des symptômes le 1er décembre 2019. [7] Ce patient n’était pas allé au marché de fruits de mer de Huanan ! le gouvernement ayant déclaré ce lieu comme la source de l’infection ! Cinq jours après sa maladie, sa femme a également développé une pneumonie. Elle non plus n’avait pas fréquenté ce marché.

La température a fortement chuté à Wuhan de la fin de l’automne à l’hiver, tombant parfois à près de zéro. Parallèlement au modèle économique traditionnel « à taille unique pour tout » du Parti, Wuhan et les villes situées le long du fleuve Yang Tsé, contrairement aux villes du nord de la Chine, ne fournissent pas de chauffage central aux résidents. Même avec l’aide de radiateurs électriques, au gaz et de climatiseurs, la toux et la fièvre sont courantes chez les résidents. Lorsque les hôpitaux commencent à aligner les patients, la première pensée qui vient à l’esprit est que la saison de la grippe démarre. Beaucoup ont souhaité la combattre en prenant quelques médicaments achetés à la pharmacie. Tout le monde espérant terminer cette tumultueuse année 2019 pour un nouveau départ !

Lors de la lutte contre la « grippe » à Wuhan, la Chambre des représentants des États-Unis a juste adopté la « Loi de 2019 sur la politique des droits de l’homme des Ouïghours » ; ce qui a exaspéré le gouvernement chinois. Le 4 décembre, la porte-parole du Ministère des affaires étrangères, Hua Chunying, a déclaré que les actes de la Chine envers les Ouïghours du Xinjiang étaient des actions légitimes pour lutter contre le terrorisme extrême. Elle a condamné les États-Unis pour avoir adopté deux poids deux mesures sur les questions de lutte contre le terrorisme et a mis en garde avec des mots en fait menaçant ; spécifiant que

« L’incident du – 9.11- étant une histoire récente, les États-Unis ne doivent pas oublier la douleur après la guérison de la cicatrice. » [8] Les gens de Wuhan, même ceux qui critiquent normalement le rôle mondial dominant de l’Amérique, furent effrayés par les paroles de Hua Chunying.

La culture chinoise nous a appris à ne pas « mettre de sel sur les blessures des gens » et          « que nul n’étant à l’abri du péril », il fallait savoir ne pas en parler pour accumuler des vertus !

1. China’s Xi Jinping revives Maoist call for ‘self-reliance’, Financial Times, Nov 12, 2018

2 “China’s door of opening up will not be closed and will only open even wider,” is another greatest lie of the CCP leadership, FollowCN, Feb 9, 2019

3. Don’t open ‘Pandora’s Box’ in Middle East, China warns, Reuters, Jun 18, 2019

4. 军运会航空口岸专用通道开通测试, 央广网, Sep 26, 2019

5. 报告:手机数据显示武汉病毒所10月异常, 大纪元, May 10, 2020

6. Coronavirus: China’s first confirmed Covid-19 case traced back to November 17, South China Morning Post, Mar 13, 2020

7. Clinical features of patients infected with 2019 novel coronavirus in Wuhan, China, The Lancet, Feb 15, 2020

8. China urges U.S. to learn lessons from 9/11 attacks, stop double standards on anti-terrorism, XinhuaNet, Dec 4, 2019

0
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments