Que fait le gouvernement canadien pendant l’élection présidentielle américaine

Groupe de Montréal Himalaya

Traducteur: 月亮之上 

Editeur: XM

Source de l’image: nbc

Traduit de l’article https://gnews.org/zh-hans/528211/

L’élection présidentielle américaine de 2020 a attiré l’attention du monde entier, mais le gouvernement libéral du Canada voisin ne cesse de faire avancer ses politiques de gauche.

  1. l’interdiction des armes à feu

Depuis l’épidémie de virus du PCC, le gouvernement libéral a gardé le silence sur la vérité sur le virus, mais a adopté à la hâte une interdiction des armes à feu en profitant de la fusillade en Nouvelle-Écosse. Le 3 novembre, le gouvernement canadien a approuvé une liste de sociétés soumissionnant pour un rachat par le gouvernement de 1 500 armes à feu interdites

Sur le site Web des marchés publics, vous pouvez voir la page «Modèles de compensation et options de conception de programme pour les programmes de rachat potentiels d’armes à feu récemment interdites» publiée le 3 novembre.

Selon un avis publié sur le site Web des marchés publics, 15 entreprises ont été invitées à soumettre des propositions pour le programme. Les entrepreneurs retenus doivent les fournir au début de février de l’année prochaine pour déterminer la structure d’indemnisation proposée pour chaque arme à feu touchée; analyser les avantages et les risques associés à chaque modèle de rémunération; et identifier d’autres considérations qui peuvent affecter la viabilité de chaque méthode et / ou modèle.

L’interdiction des armes à feu n’a pas d’impact effectif sur les taux de criminalité ou sur l’élimination de la violence, mais ne fait qu’étendre le pouvoir du gouvernement et violer les droits des citoyens à la liberté et à la protection des individus. La mise en œuvre de l’interdiction des armes à feu a fait partie intégrante du déclin du Venezuela d’un ancien pays riche à son état tragique actuel.

  • Les vies noires comptent(BLM)

Selon un rapport de Rebel News le 3 novembre, des membres de la Commission de police de Calgary ont été démis de leurs fonctions pour ne pas soutenir le slogan “Les vies noires comptent”.

La Commission de police de Calgary est l’organisme de surveillance civile du service de police de la ville. Elle est chargée de nommer le prochain chef de police, de gérer le processus de plaintes du public, y compris les plaintes contre le chef de police, et d’entendre les appels contre les politiques ou les services du service de police de Calgary. La culture de la loi et de l’ordre à Calgary vient directement du comité de police.

Le seul conseiller municipal conservateur du comité, Jeromy Farkas (qui est également candidat à la mairie de Calgary contre l’actuel député progressiste de longue date Naheed Nenshi), a été destitué du comité par le conseil municipal lundi matin. Selon Farkas, il a été expulsé de l’équipe de supervision parce qu’il refusait de reconnaître le slogan anti-police de BLM et son opposition au plan du Parlement visant à réduire considérablement et davantage le budget du service de police de Calgary.

“En interdisant l’abolition et le remboursement de la campagne policière, le conseil municipal joue avec le feu et ses Calgariens sont brûlés vifs. Il n’y a pas de poste ou de titre au monde digne de mettre ma famille, mes voisins et mes électeurs en danger. Je préférerais être renvoyé. Je ne veux pas faire quelque chose ou dire quelque chose qui met les Calgariens en danger », a déclaré Farkas. Sous l’impulsion de Farkas, la plupart des messages soutenaient sa justice.

Calgary est la plus grande ville de l’Alberta, une province conservatrice traditionnelle. L’expérience de Fakas met en évidence l’érosion de l’ordre social par le gouvernement de gauche. La réalité au Canada est que les écoles prêchent le sens de «BLM» et les églises organiseront des prières au sujet de «BLM». Même le Premier ministre s’agenouille en public pour les manifestants «BLM» pendant l’épidémie de virus du PCC.

  • Attitudes à l’égard de l’élection présidentielle américaine

Tout en discutant de l’élection présidentielle américaine, le 3 novembre, le chef du Nouveau Parti démocratique canadien, Jagmeet Singh, a déclaré aux journalistes à Ottawa qu’il était «moralement nécessaire» d’exprimer des opinions sur le comportement de Trump pendant la présidence.  “Je pense que si Trump perd, ce sera mieux pour le monde. J’espère qu’il perd aujourd’hui.”

Depuis l’épidémie de virus du PCC, les Canadiens sont de plus en plus conscients du visage laid du gouvernement libéral actuel, et les appels au Parti libéral à démissionner sont devenus plus forts. Il y a quelques mois, le plus grand parti d’opposition conservateur a mené l’élection avec un nombre record d’électeurs. Mais parce que le Parti Nouvelle Démocratie appuie le Parti libéral, les élections de cet automne sont sans espoir. Cette fois, grâce à l’attitude du Nouveau Parti démocratique à l’égard de l’élection présidentielle américaine, les gens peuvent voir clairement de quoi il s’agit.

Les politiciens de gauche du Canada ne peuvent pas voir la réalité. Si l’Américain Joe Biden est élu, les États-Unis seront progressivement érodés et contrôlés par le PCC. Le Canada d’aujourd’hui sera peut-être demain celui des États-Unis. Heureusement, lorsque le contenu des trois disques durs a été publié, les Américains ont fait un choix juste avec leurs votes.

Lien de référence:

UPDATE: Liberals approve list of companies to bid on gov’t buyback of 1,500 prohibited firearmsCompensation Model and Program Design Options for a Potential Buyback Program for Recently Prohibited Firearms (202101502-1)

0
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments