BGY – Plan de guerre sans restriction du PCC pour contrôler le monde (7) – « Emprunter un bateau pour gagner la mer »

Auteur: 孔雀 Editeurs : 庚子灭共(文瑞) & Marie

Illustrator: 科林零

Le secrétaire général XI Jinping participe à ce qu’il appelle la « bataille ultime » autour de l’élection présidentielle américaine de 2020. Il craint que si Trump est réélu, le Parti communiste chinois ( PCC ) soit écrasé de façon imminente. Il doit faire gagner BIDEN. La guerre de l’information est au cœur de cette guerre hors-limite. Le PCC a beaucoup investi dans son programme « Influence Globale des Médias », à travers les tactiques BOJ ( BGY ) , codées BOJ pour Bleu, Or et Jaune, pour abattre l’Occident par le contrôle de l’information, l’argent et la corruption sexuelle. c’est maintenant le moment d’en récolter les fruits, en utilisant cette opérativité dans ce « dernier combat ».

XI Jinping a déclaré dans un discours de 2016 : « Où que se trouvent les lecteurs, où que se trouvent les téléspectateurs, c’est là que les reportages de propagande doivent étendre leurs tentacules. Le PCC est conscient de son manque de crédibilité médiatique, sa solution est

« d’emprunter le bateau pour gagner la mer » – en utilisant les médias occidentaux pour transmettre les messages du PCC :

” Il semble qu’un certain nombre de grands médias américains aient des liens financiers avec le Parti communiste chinois, et cela se voit dans leur couverture “, a rapporté Chrissy Clark dans ” A Rundown of Major US Corporate Media’s Business Ties To China – Un aperçu des liens commerciaux entre les principaux médias d’entreprise américains ». Prenant les médias occidentaux comme véhicule, la propagande du PCC atteint de nouvelles audiences par millions d’individus. Grâce à des arrangements financiers massifs China Daily, le porte-parole international de langue anglaise du PCC, s’est arrangé pour que ses suppléments publicitaires « China Watch » soient insérés dans le Washington Post, le New York Times et le Wall Street Journal, pour atteindre l’ensemble des familles américaines.

La couverture médiatique des entreprises montre de sérieuses traces d’influences du PCC. Dans un article de septembre sur le partenariat entre Steve Bannon et le leader du Mouvement des Lanceurs d’Alerte Miles GUO, le Washington Post a cité Sasha Gong pour laisser entendre que Bannon s’était associé à GUO pour des raisons financières. Au moment du reportage, Sasha Gong, un agent infiltré du PCC, avait déjà été renvoyé de la VOA pour avoir collaboré avec Pékin pour avoir fait obstruction à une interview en direct de Miles GUO en 2017, et avait fait l’objet d’une enquête par BBG, le Congrès américain et le FBI pour corruption, fabrication et distribution pots-de-vin.

Tout en restant silencieux sur le disque dur de BIDEN, le Washington Post a continué à se plaindre de Bannon, Giuliani et Miles GUO et à faire l’éloge de Bob Fu un autre agent infiltré du PCC, déguisé en pasteur-avocat-activiste-anti-PCC. Ironiquement, le disque dur de Biden que le Washington Post évite de mentionner contient un courrier électronique reliant Bob Fu envoyé par Jim Biden à Hunter Biden le 24 octobre 2017, en demandant au Wall Street Journal d’écrire un article pour attaquer Miles GUO et discutant comment le distribuer ensuite et quels avantages seraient ainsi créés pour la famille Biden. Bob Fu, ce soi-disant dissident politique, a travaillé à organiser l’attaque médiatique contre Miles GUO au nom de Pékin. Ces publications du Washington Post sont le résultat de l’intense activité internationale, ici aux USA, de propagande du PCC.

L’opération « Influence Globale des Médias » du PCC suscite des troubles dans les médias sociaux et l’espace numérique. Depuis que Miles GUO a lancé le Mouvement des lanceurs d’alerte au début de 2017, Twitter est devenu une destination numérique que tous les Chinois peuvent visiter dès qu’ils ont pu surmonter le Grand Pare-feu avec l’aide du VPN. Les lanceurs d’alerte qui résident hors de Chine utilisent fréquemment Twitter pour exprimer leurs opinions. Alors que le Mouvement prend de l’ampleur, la censure du PCC sur Twitter s’intensifie, bloquant et fermant les comptes d’utilisateurs qui contiennent des informations non approuvées par le PCC sur la pandémie, le disque dur BIDEN et les messages pro-Trump. Les lanceurs d’alerte se tournent vers les plateformes plus libérales comme Parler et Gab. Lude Media du Mouvement des lanceurs d’alerte a généré plus de 70 000 abonnés sur Parler en quelques jours. En raison de la faible croissance des utilisateurs, le cours de l’action Twitter a chuté de plus de 20% il y a quelques jours. Faisant face à un tollé public massif, Twitter a levé la restriction sur le New York Post dont il avait bloqué le compte pour la publication d’informations sur le scandale de la famille Biden.

Le secrétaire général XI Jinping avec les armes préparées et construites patiemment par le PCC pour cette guerre de l’information en cours a déjà détruit l’esprit de la ligne éditoriale de nombreux médias et journalistes mais pas de tout le monde. Le journaliste Glenn Greenwald, lauréat du prix Pulitzer, a démissionné de The Intercept, qui fut fondé sur ses réalisations personnelles, pour défendre sa liberté éditoriale concernant un article sur la campagne Biden et la communauté du renseignement. Greenwald a déclaré qu’il suivrait les traces de nombreux journalistes pour lutter pour un journalisme indépendant. Dans une annonce de sa nouvelle plate-forme Substack, Greenwald a tenu à adresser à ses lecteurs ces mots :

« Je tiens à vous remercier à nouveau avec beaucoup de sincérité et de gratitude pour avoir rendu le lancement de cette plate-forme si réussi, et pour avoir soutenu ma détermination à livrer honnêtement, un journalisme et des commentaires singuliers d’une qualité plus percutante qu’ils ne l’ont été depuis longtemps. »

Articles précédents :

Disclaimer: This article only represents the author’s view. Gnews is not responsible for any legal risks.

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

澳喜农场欧洲部

欢迎战友加入我們: Discord 群: discord.gg/mM4pXyJJAx 電報群: t.me/parissevenstars t.me/himalayaparis Nov. 01, 2020