Rebel News Mène La Guerre Pour Tout Le Monde

le Groupe Mont-Royal Montréal

Traducteur: 月亮之上 

Traduit de l’article: https://gnews.org/1520493/

Source de l’image: buffalonews.com

Septembre 09, la justice a remporté une autre victoire pour la liberté, la liberté d’expression et la liberté de la presse – l’honorable juge Elizabeth Heneghan de la Cour fédérale du Canada pour être exact.

Septembre 09, la juge Elizabeth Heneghan a statué en faveur d’une injonction permettant à Rebel News (RN) d’assister aux débats électoraux canadiens. La Commission des débats électoraux canadiens – un organe politisé du Parti libéral du Canada – avait décidé d’exclure Rebel News en raison d’un prétendu conflit d’intérêts, parce qu’elle collecte des fonds et défend certaines des causes sur lesquelles elle écrit également.

Ironiquement, la Commission du débat a accrédité Rosemary Barton (CBC), qui a poursuivi le Parti conservateur du Canada (ce qui me semble partisan), ainsi que le radiodiffuseur d’État de la République socialiste du Vietnam (qui n’est pas une nation démocratique pure et dure) pour assister aux débats, mais pas RN !

C’était la deuxième fois que les libéraux de Justin Trudeau essayaient d’empêcher RN (et la dernière fois True North, une autre organisation médiatique de centre-droit) d’assister aux débats au Canada. La dernière fois, c’était lors de l’élection nationale de 2019. La Cour a rejeté leur tentative cette fois-là.  Mais au lieu d’admettre leur erreur, ils ont redoublé d’efforts et ont réessayé en 2021. Ce n’est pas un hasard si RN et True North sont les plus critiques à l’égard du règne de Justin Trudeau.

La Commission du débat, politisée et militarisée, dirigée par l’ancien lieutenant-général David Johnston, a redéfini le critère d’approbation des médias. Les nouvelles règles ont été conçues sur mesure pour rejeter le RN. La règle selon laquelle il ne doit pas y avoir de conflit d’intérêts lié aux sujets couverts par un média est très machiavélique. La CBC et d’autres médias géants reçoivent des centaines de millions de dollars du gouvernement Trudeau, et ce dernier vient de promettre plus d’argent à la CBC, qui est en perte de vitesse. Quiconque pense que cela ne changera pas le comportement de la CBC se fait des illusions. C’est l’apothéose du conflit d’intérêts.

Le financement sans fin des contribuables a ” libéré ” la CBC de l’obligation de répondre réellement à ce que les gens veulent, et de pousser à la place le récit imposé par l’État qui est profondément impopulaire. Bien qu’elle reçoive 1,2 milliard de dollars par an des contribuables canadiens, le ministère du Patrimoine canadien affirme que la CBC est soumise à d’énormes pressions financières. C’est peut-être parce que seulement 3 % des Canadiens regardent la CBC, mais que 100 % des contribuables canadiens sont obligés de la financer.

Nous devons nous rappeler que Justin Trudeau déteste le RN. Il l’a prouvé à de multiples reprises. Il a envoyé les avocats de la GRC pour harceler le fondateur de RN, Ezra Levant, pour un livre qu’il a écrit (“The Libranos : what the media won’t tell you about Justin Trudeau’s corruption”) et dont il a fait la publicité pendant la période électorale de 2019. De plus, il a l’habitude d’exclure le RN des événements et des discours libéraux en demandant à son personnel de sécurité et à la GRC de harceler leurs journalistes.

Justin Trudeau a échoué pour la deuxième fois dans sa vendetta visant à exclure Rebel News des débats canadiens. Il soudoie la CBC avec des centaines de millions de dollars, mais prétend que le Rebel a un conflit d’intérêt dans ses histoires. C’est la logique du double langage marxiste dans sa forme la plus flagrante. Nous savons pourquoi Justin Trudeau déteste les RN. C’est parce qu’ils sont experts dans la découverte de ses penchants et objectifs marxistes, ils sont experts dans la découverte de son hypocrisie, et ils sont experts dans la découverte de sa haine impitoyable pour la liberté d’expression et les opinions opposées dans sa quête d’un Canada autocratique.

Mise à jour : fidèle à lui-même, le gouvernement Trudeau, par l’intermédiaire de la Commission électorale, refuse maintenant que le journaliste de RN assiste au débat en français (qui a lieu ce soir, le 8 septembre). La Commission refuse le test antigénique négatif du journaliste et insiste pour qu’il passe un autre test qui ne sera pas disponible avant la fin du débat. Voilà les tactiques éhontées auxquelles le gouvernement Trudeau s’abaisse pour empêcher toute critique. Lorsque vous disposez de ressources illimitées (l’argent des impôts des citoyens) et d’un mépris illimité pour l’éthique et la liberté d’expression, c’est ainsi que vous agissez.

Au moment d’écrire ces lignes, les avocats de RN ont contacté le juge Heneghan pour l’accuser d’outrage à la cour.

Mise à jour n°2 : Hourra ! La Commission électorale a finalement accepté d’accepter le reporter de Rebel News au débat de ce soir (qui a lieu ce soir le 9 septembre) – vraisemblablement après une certaine pression du juge Heneghan. Une petite victoire pour la liberté d’expression et l’équité.

Lien de référence

+1
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments