Loi De L’érable Bleu, Numéro 17 – L’immobilier Canadien (I) – Le Meilleur Et Le Plus Sûr Des Investissements

le Groupe Mont-Royal Montréal

Traducteur: 月亮之上 

Traduit de l’article: https://gnews.org/zh-hans/1427057/

Source de l’image: vidyard.com

Madame Jennifer partage que l’idée derrière l’achat et la vente d’une maison est complètement différente de l’achat et de la vente d’une maison d’investissement en termes de but et d’objectifs de l’achat d’une maison. Les maisons occupées par leur propriétaire tiennent compte d’abord de l’emplacement et du budget ; Les maisons d’investissement tiennent compte du loyer et des locataires, s’ils peuvent couvrir tous les prêts, les taxes foncières, l’assurance habitation et les coûts d’entretien simples, et s’ils sont faciles à gérer, de sorte que tout le monde n’est pas un bon propriétaire. Les propriétés canadiennes sont généralement divisées en propriétés en propriété libre (Free Hold) et en propriétés en copropriété, et l’achat d’une propriété en copropriété dépend de la façon dont la société de gestion la gère.

M. Kent a ajouté : Les utilisations, les propriétés, les propriétaires-occupants et les investissements mentionnés par Madame Jennifer sont des informations très basiques et importantes lorsque nous prenons une décision d’achat immobilier. Il est recommandé que nous ayons un état d’esprit d’apprentissage et de recherche à l’avance, qu’il s’agisse d’un immeuble occupé par son propriétaire ou d’un investissement. Alors comment faire pour intégrer ces informations pour prendre une bonne décision ? Vous pouvez vous adresser à un agent immobilier ou vous renseigner vous-même. En tant que nouvel arrivant au Canada cherchant à acheter une maison, pensez au style de vie que vous souhaitez vivre ? Vous souhaitez disposer d’un terrain à l’arrière pour cultiver des légumes ? Ou voulez-vous une maison avec ascenseur? Considérez la taille de votre famille et si vos parents peuvent se permettre de monter les escaliers ? Si vous n’avez pas d’idées, jetez un œil à chaque type de maison avec votre budget.

Alors, quels sont les avantages et les inconvénients des maisons neuves et secondaires ?

M. Jennifer a dit : Au Canada, le marché des résidences secondaires représente un marché important, les maisons ici sont des structures en bois, la durée de vie peut être très longue, et généralement l’emplacement des résidences secondaires est meilleur. La principale différence entre les maisons neuves et secondaires est que les maisons neuves paient une surtaxe (TVH) de 13 % et qu’une maison ne doit payer la TVH qu’une seule fois dans sa vie, lorsque vous achetez une nouvelle maison. De plus, vous n’avez pas besoin d’ajouter la TVH à la nouvelle maison lorsque vous établissez un budget, car le promoteur a déjà mis la TVH à l’intérieur lors de la vente de votre maison.

Lorsque vous rencontrez un acheteur novice, demandez-lui d’abord de décrire sa maison idéale, ses exigences pour divers détails. Combien de personnes sont dans la famille ? Le but de l’achat d’une maison, des projets familiaux. Combien d’années la maison est destinée à être habitée, l’aspect pratique de la vie. Emmenez-le ensuite voir la maison. Laissez-le vous dire lequel il aime et lequel il n’aime pas. Asseyez-vous pour calculer les détails. L’étape suivante consiste à choisir le type de maison et à parler du prêt, puis il devient un acheteur mature.

L’acompte pour une maison est généralement de 20 % (du revenu local) ou de 35 % (du revenu des nouveaux immigrants ou d’outre-mer). Si vous voulez acheter une maison avec vos revenus locaux, par exemple, si vous travaillez ici, bien sûr, plus vous payez, mieux c’est, au moins 20% d’acompte, ce qui est l’exigence des cinq grandes banques canadiennes. Si vous payez moins de $200 000 pour une maison d’un million de dollars, vous devez souscrire une police d’assurance. L’assurance représente généralement environ 2,8 à 4 % du montant du prêt, ce qui est une somme forfaitaire qui doit être payée, mais si elle est égale ou supérieure à 20 %, vous n’avez pas besoin de payer cette assurance. Si vous ne payez que 10 % sur une maison d’un million de dollars, c’est un prêt de $900 000, et 4 % de $900 000, c’est beaucoup d’argent pour payer $36 000 en primes. Essayez de régler vos prêts automobiles et vos prêts étudiants avant d’acheter une maison, sinon la banque évaluera votre capacité de remboursement.

Toutes les maisons avec des prêts doivent avoir une assurance habitation. L’assurance habitation couvre généralement le coût de la reconstruction nécessaire en raison d’inondations, d’incendies, de fuites, etc. Cette assurance vaut beaucoup et le coût n’est pas très élevé. Il y a aussi une taxe foncière, bien que la maison canadienne puisse être transmise, la terre est permanente, vous pensez que la maison est très vieille, vous pouvez la démolir et la reconstruire, mais vous devez payer la taxe foncière au gouvernement chaque année, le plus élevé le prix de la taxe foncière est également élevé, environ 0,8% du prix du logement. Il y a aussi le coût des services publics et de l’entretien courant.

M. Kent a ajouté : La résidence secondaire impliquera l’évaluateur de la banque, une fois l’offre descendue, la banque enverra quelqu’un pour évaluer la maison, le coût à l’intérieur est déjà inclus dans le prêt, pas besoin de payer de l’argent supplémentaire.

Madame Jennifer : Le remboursement d’impôt concerne la nouvelle taxe d’habitation (partie TVH). L’avocat vous demande si la maison est destinée à l’auto-occupation ou à l’investissement. Vous devez répondre honnêtement. S’il est indépendant, $24 000 seront exonérés de paiement. S’il s’agit d’un investissement, vous devez d’abord payer $24 000, et vous assurer que la maison ne peut pas être vide. Après avoir obtenu un bail d’un an, demandez à un comptable ou à un avocat de demander un remboursement de $24 000, ce qui prend $300 et trois mois.

Le cas de M. Kent : Lorsque je suis arrivé au Canada, la première maison que j’ai achetée était une maison en rangée et j’ai également obtenu un remboursement d’impôt fédéral de 24 000 $. Environ 2 mois plus tard, j’ai trouvé une autre maison dans un autre quartier que je pensais être plus appropriée et j’ai quitté la première maison deux mois plus tard. Ce n’est qu’au début de l’année 17 que le gouvernement a annoncé qu’il allait resserrer sa politique de crédit immobilier, et les prix des logements ont chuté en réponse au test de résistance. L’acheteur n’a pas dit un mot quand le jour de la remise est arrivé, nous n’avons pas reçu d’appel de l’avocat de l’autre partie, et nous n’avons pas reçu de chèque, mon agent a appelé l’agent de l’autre partie, qui a dit qu’il ne pouvait pas trouver l’acheteur. Plus tard, j’ai appris que l’acheteur avait secrètement transféré ses biens et était prêt à refuser la remise, et mon avocat a écrit plusieurs lettres sans résultat. Ce que j’ai ressenti, c’est que la fonction de l’avocat immobilier est limitée, et son rôle est plutôt de vous aider à terminer la remise, envoyer et recevoir des chèques, et faire la paperasse. Mais quand il y a un gros problème, il faut quand même faire appel à un plaideur. En d’autres termes, cette situation dépasse la fonction d’un avocat immobilier, et nous devons être préparés à la possibilité que nous ayons besoin de demander l’aide de professionnels dans différents domaines à tout moment.

Plus tard, l’avocat et le courtier ont suggéré que la maison soit réinscrite et revendue à un prix raisonnable, et lorsqu’elle est revendue, une action en justice peut être engagée pour la différence entre les deux prix de vente afin de recouvrer la perte, où le les coûts encourus peuvent être agrégés mais pas récupérés à 100 %. S’il n’y a pas de différence, cela peut signifier aucune perte. Cela dépend également du jugement du tribunal sur notre plainte en dommages-intérêts et de la capacité financière du défendeur, qui sera une considération globale. Nous avons décidé de ne pas intenter de poursuite et avons demandé à l’acheteur de renoncer au dépôt de dizaines de milliers de dollars canadiens et de signer un document appelé Mutual Release, que les deux parties signeraient lorsqu’elles voudraient mettre fin au contrat si notre accord ne se terminait pas bien. .

La raison de ce choix était simple, parce que nous avions peur de perdre plus d’argent, et bien que nous ayons pensé à passer par la procédure légale, il était évident rétrospectivement que nous ne croyions pas pleinement que la loi nous apporterait un résultat équitable, et nous voulions juste arrêter de perdre de l’argent le plus tôt possible. Peut-être parce que nous venions d’arriver au Canada en provenance du Parti communiste chinois et que notre famille faisait des affaires en Chine, nos parents nous ont souvent dit qu’ils avaient subi un traitement injuste en faisant des affaires, nous n’avions donc aucun sens des droits à l’époque. Maintenant, il est impossible de discuter de ce qui se serait passé si nous avions choisi de poursuivre. Avec le recul, les conseils donnés par l’avocat à l’époque étaient en fait très bons, et j’ai depuis vu de nombreux procès similaires qui ont abouti, et si je rencontrais à nouveau une situation similaire, je choisirais d’aller en justice pour obtenir un meilleur résultat. . J’espère que vous aurez confiance dans le système juridique occidental, et bien sûr n’oubliez jamais de consulter un professionnel.

Madame Jennifer : Si vous investissez dans une maison à louer, trouver un locataire est une priorité absolue. Tout d’abord, votre propre maison doit être bien entretenue, le locataire est très pointilleux, si vous êtes une maison de classe A, alors vous trouvez que le locataire est une classe A, ou B, si vous êtes une maison de classe B, alors vous trouvez que le locataire est un locataire de classe B ou C. Il est difficile de trouver un locataire de classe A pour votre maison de classe B.

Assurez-vous ensuite d’examiner strictement le locataire. Si un mauvais locataire habite, après avoir trouvé le problème que vous voulez l’expulser, c’est beaucoup de problèmes, cela prend beaucoup de temps et beaucoup d’argent. S’il y a un différend irréconciliable, vous ne pouvez pas directement changer les serrures et expulser, vous pouvez déposer une demande auprès du comité propriétaire-locataire, et puis il y a généralement une médiation, puis l’huissier pour expulser, tout le processus et puis attendre pendant au moins six mois. Pendant cette période de six mois vous ne toucherez pas de loyer, il endommagera également votre maison, les frais d’expulsion par l’huissier sont aussi le propriétaire, donc la perte économique est très importante.

M. Kent a ajouté : prenez les mesures appropriées immédiatement lorsque vous rencontrez un différend.

L’inspiration que nous avons tirée de ce programme : comparé au Parti communiste chinois, l’investissement immobilier canadien est encore possible. Mais dans ce pays civilisé de primauté du droit, avant d’acheter des maisons, vous devez faire un bon travail de travail préliminaire, bien comprendre vos propres besoins et les lois locales, afin d’acheter la maison de votre choix et confortable, et de poser un bonne base solide pour la vie future et l’investissement. Lorsque la maison doit être louée, vous devez être très strict dans l’évaluation de votre locataire, la qualité de votre locataire affectera plus tard l’expérience, l’argent et l’énergie de votre investissement. Connaissez les lois pertinentes, sachez éviter les risques inutiles, consultez des personnes et des avocats expérimentés lorsque vous rencontrez des problèmes ou devez prendre des décisions, et prenez des mesures immédiates pour résoudre les problèmes par des moyens légaux.

Lien de référence

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments