Des “agents illégaux” chinois harcèlent et ciblent des résidents américains

Auteur: Catherine Salgado de The National Pulse

Traductrice: Dandan

Une précédente plainte pénale, remplacée par les présentes accusations, avait été déposée en octobre 2020.

Les récentes accusations incluaient le procureur chinois Tu Lan comme neuvième défendeur. Tu Lan s’était rendu aux États-Unis dans le but de diriger une campagne de harcèlement et avait en outre demandé à un co-conspirateur “d’effacer des preuves”.

L’ancien fonctionnaire du gouvernement municipal chinois, appelé “John Doe n° 1” par le ministère de la Justice, est venu aux États-Unis et vit dans le New Jersey avec sa femme et sa fille depuis 2010. L’ancien fonctionnaire a été accusé par le PCC d’abus de pouvoir et de détournement de fonds, ce qui, en Chine, peut entraîner la peine de mort. Sa femme a été accusée d’avoir accepté des pots-de-vin, un crime qui, en Chine, est passible de la prison à vie.

“La campagne chinoise s’inscrivait dans le cadre d’un effort concerté dirigé par l’État, connu sous le nom d’opération Fox Hunt, qui a débuté en 2014 et vise à rapatrier les fugitifs chinois, notamment les dissidents vivant aux États-Unis. . .Vers 2012 et 2014, le régime chinois a incité Interpol, une organisation intergouvernementale chargée de l’application de la loi, à placer l’ancien fonctionnaire et son épouse sur une liste de personnes recherchées, connue sous le nom de “notice rouge”.”

Source d’information: Chinese ‘Illegal Agents’ Harassed and Targeted US Residents.

0
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments