Le PIB du Japon diminue le plus en 2020 depuis la Seconde Guerre mondiale

le Groupe Mont-Royal Montréal

Traducteur: 月亮之上 

Traduit de l’article: https://gnews.org/zh-hans/1253669/

Le gouvernement japonais a annoncé les valeurs du PIB réel (produit national brut) pour l’exercice 2020, a rapporté Kyodo News le 18 mai. Au cours de la dernière année de la pandémie de virus du PCC, le PIB du Japon a chuté plus que la crise des subprimes de 2008 qui a balayé le monde, chutant 4,6% par rapport à 2019. Le PIB japonais en 2019 n’a augmenté que marginalement de 0,7%. Le taux de croissance du PIB réel du Japon l’année dernière était de moins 3,9%, la plus forte contraction économique depuis la Seconde Guerre mondiale.

Source de l’image: ft.com

Dans ses perspectives économiques le mois dernier, le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, a déclaré que le virus du PCC continuerait de dominer l’inflation et les perspectives économiques. Malheureusement, le Japon, comme d’autres pays asiatiques tels que le Vietnam, la Thaïlande, Singapour, Taïwan et la Malaisie, où l’épidémie était auparavant mieux contrôlée, est frappé par une nouvelle vague d’épidémies plus graves. Si l’épidémie n’est pas maîtrisée, le Japon, qui dépend fortement des exportations, sera dans une situation économique encore plus difficile cette année que l’année dernière. Il s’agit d’un jugement basé sur des données réelles.

Le PIB préliminaire du premier trimestre 2021 (janvier à mars) qui vient d’être publié par le cabinet du Premier ministre du Japon le 18 montre que le PIB réel hors variations de prix a diminué de 1,3% par rapport au trimestre précédent, ce qui se traduit par un taux annuel de négatif 5,1%. Ceci est étroitement lié à l’épidémie. Le Japon avait plus de 1 000 décès dus à l’épidémie en décembre de l’année dernière. Auparavant, le Japon, avec une population de près de 130 millions d’habitants, avait relativement bien réussi à contrôler l’épidémie par rapport à l’Europe et aux États-Unis. Depuis lors, en raison de l’émergence d’un virus mutant évolué indigène à Tokyo, ainsi que de virus mutants trouvés au Royaume-Uni, au Brésil et en Inde, sont devenus successivement épidémiques au Japon. En l’espace de six mois, deux vagues d’épidémies se sont produites au Japon. Le nombre d’infections est rapidement passé à 684 000 et 11 521 décès. Cette vague, qui a éclaté à la mi-mars de cette année, est plus sinistre que celle d’il y a quatre mois et est loin de voir le pic de l’épidémie.

Lien de référence

+1
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments