Le fondateur de BLM invoque Mao dans un discours pro-communiste inédit.

Source d’information: Natalie Winters de The National Pulse

Traductrice: Dandan

S’exprimant lors du Personal Democracy Forum en 2016, Garza affirme au début de son discours que “Black Lives Matter (BLM) vise à transformer notre économie et à transformer notre démocratie” avant de faire allusion au succès de BLM à générer un “nouvel ordre politique”.

Son discours, intitulé “How Black Power Aims to Transform Democracy” (Comment le pouvoir noir vise à transformer la démocratie), a décrit comment BLM allait provoquer ces changements radicaux lors de l’événement sponsorisé par Facebook.

Ce faisant, Garza a semblé invoquer une phrase célèbre de Mao, ancien président du parti communiste chinois. Décrivant la “lutte interne” vécue par le mouvement BLM, Garza affirme :

“Nous aussi, nous naviguons dans la tension entre le fait de permettre à 1,000 fleurs de s’épanouir tout en distinguant ce que sont les fleurs et ce que sont en fait les mauvaises herbes qui menacent de consumer l’ensemble de l’écosystème.”

La référence remonte à la campagne des cent fleurs de Mao, qu’il a tristement annoncée avec le raisonnement suivant :

“La politique consistant à laisser cent fleurs s’épanouir et cent écoles de pensée se disputer vise à promouvoir l’épanouissement des arts et le progrès de la science.”

La campagne des années 1950 a invité les citoyens et les intellectuels à critiquer le Parti communiste chinois, mais Mao a rapidement inversé la politique et persécuté, emprisonné ou exécuté ceux qui ont exprimé leur opposition au régime.

Ce sentiment révolutionnaire apparaît toutefois tout au long du discours ouvertement pro-communiste de Garza, qui décrit son activisme “au nom de la libération collective”.
“Nous n’avons pas peur de ce que cela signifie de prendre le pouvoir”, souligne-t-elle tout en ajoutant que BLM s’engage à “transformer la façon dont le pouvoir est distribué” et à faire émerger “un nouveau type de pouvoir qui est dans la collaboration plutôt que dans la compétition.”

“Nous ne sommes pas satisfaits des miettes qui peuvent tomber de la table du pouvoir, et nous ne sommes pas satisfaits de simplement nous asseoir aux tables du pouvoir. En fait, nous visons à renverser ces tables en faveur d’un nouveau système global”, ajoute Garza. “Vous ne pouvez pas être pour le changement social et contre la perturbation”, répète Garza avant de souligner que “la perturbation est le nouvel ordre mondial ; c’est la façon dont ceux qui sont privés de pouvoir affirment leur pouvoir.”

Dans ce discours, Garza fait également l’éloge d’une “occupation” d’un mois du Capitole de l’État de Floride :

“S’il n’y avait pas eu le courage et la ténacité des jeunes qui ont occupé le Capitole de l’État de Floride pendant 31 jours et 30 nuits pour exiger la fin des lois stand your ground après l’acquittement de George Zimmerman, beaucoup d’entre nous n’auraient pas su que les lois qui sont conçues pour déraciner le racisme structurel auraient été continuellement ttaquées par les types de lois qui donnent aux justiciers le pouvoir d’être juge, jury et bourreau.”

Les remarques exhumées de la “marxiste de formation” font suite à The National Pulse révélant une autre cofondatrice de BLM, Patrisse Cullors, se délectant des personnes comparant son travail au « Little Red Book » («Petit livre rouge») de Mao dans un discours de 2010.

(Clause de non-responsabilité : Les commentaires ne représentent que l’opinion de l’auteur)

Source d’information: EXC: BLM Founder Invokes Mao In Unseen, Pro-Communism Speech.

0
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments